Bijou bijou

Il a signé son mail de présentation de deux noms, Julien et Bijou. Je lui ai répondu d’un « Bonjour Julien, bonjour Bijou », qui n’a pas manqué de le faire réagir :

« Madame,
Comment préféreriez-vous m’appeler ? Julien ? Bijou ? Ou encore un autre surnom ? Je vous laisse choisir. »

J’ai pensé aux croyances primitives qui posent que nommer, c’est prêter naissance et que rien n’existe sans le Verbe,
J’ai pensé que sauf à faire de Julien mon jouet, je ne lui choisirais pas une autre identité, car donner un nom engage une forme d’intimité, si ce n’est un lien,
J’ai pensé à têtagifles, dont l’initiation remonte à une presque année, au nom civil par lequel il s’est présenté à moi et ce surnom que, moi, je lui ai choisi la première fois.
J’ai pensé aux réalités qui coexistent et à celles qui, dans L’Alambic, s’absentent l’espace d’une rencontre, aux hommes sociaux qu’ils sont, mes clients,
mariés,
en couple,
divorcés ou célibataires endurcis,
hétéros-bi-homos-hétérhomos,
en costume-cravate ou en jeans-pull,
avec leurs peurs de s’être adressés à une Dominatrice qui serait une arnaque, leur peur de me déplaire, d’avoir trop mal ou pas assez, de jouir trop vite ou pas du tout,
toutes ces questions-attentes-appréhensions qui polluent leur tête, à eux qui chez moi viennent chercher le silence, l’abandon, l’apaisement de toutes ces voix qui piaillent-brament-cornent-exigent-commandent,
allez, j’ose, l’ataraxie,
ces hommes raisonnables et raisonnés que je m’efforce de dépouiller, non de leur argent mais de leurs couches d’oignon, éducation-croyances-décence, pour plonger dans leur boîte noire, au coeur même du réacteur.

Aussi ai-je répondu :
« Bonsoir Julien, bonsoir Bijou,
J’utilise pour le moment les deux noms car je m’adresse aux deux parties de vous : Julien, l’homme de 34 ans qui me lit avec une distance critique et Bijou, votre part soumise qui anticipe déjà nos jeux et le plaisir qu’elle va en tirer. »

« Madame,
Votre réponse sur le choix du nom est magique, vous m’avez parfaitement compris : en moi il y a le Julien qui voudrait vous poser mille questions pour se rassurer sur le contenu de notre future séance, et la Bijou qui, si elle le pouvait, se jetterait à vos pieds, esclave liée à vous par un contrat d’appartenance. »

Bingo.

Écrit par Madame Lule, Dominatrice à Paris.
Tous droits réservés.

Aidez mon site à se faire connaître et partagez !

Tous les contenus du site (textes, photos, audios) sont le fruit de mon travail et celui des photographes. Merci de partager avec la mention "madamelule.com".
Les contenus sont déposés et protégés. Ne pas les utiliser ni les copier sans mon autorisation écrite.

Bijou bijou

Aidez mon site à se faire connaître et partagez !

Tous les contenus du site (textes, photos, audios) sont le fruit de mon travail et celui des photographes. Merci de partager avec la mention "madamelule.com".
Les contenus sont déposés et protégés. Ne pas les utiliser ni les copier sans mon autorisation écrite.
Shopping Basket
error: Ce contenu est protégé. merci !